top of page
Logo Oyapock 1 Revue AMAZONE.png

" Aux terres sans noms et sans chiffres

le vent d'autres domaines descendait,

la pluie apportait des cordons célestes

et le dieu des autels spongieux

restituait les fleurs et les vies"

Pablo Néruda, Chant général I,1.

"Etre de ceux qui n'ont jamais cessé d'être

un souvenir qui soudain retrouve enfin

le fil du drame interrompu

au bruit sourd des chaînes

du brigantin frêle

mouillant dans l'aube grise de l'Anse de Klouss

Maskililis

malins qui dansent"

L-G Damas, Black Label, 4.

Notre revue s'inscrit dans une double filiation, presque "naturelle" au vu de notre titre: d'une part la filiation sud américaine d'une littérature qui se constitue dans la métaphore nérudienne des fleuves et du continent irrigué à partir de l'épine dorsale de la Cordillère; d'autre part le relais offert à cette métaphore dans l'écriture damasienne de notre identité amazonienne et guyanaise, "trois fleuves coulent dans mes veines", comme l'écrit L-G Damas aux vers inauguraux de Black Label. . 

Nous vous proposons de découvrir sur ce site un ensemble de textes littéraires inédits, tous écrits dans, par et à travers l'espace amazonien. Ses langues, ses mythologies, ses aspérités et ses réalités. Parmi nous, des auteurs déjà publiés -  ou primés - d'autres plus anonymes.



Accueil: Bienvenue
Rechercher

Fanfan- une nouvelle de Miguel Duplan

Bundestag ! Le petit professeur d’histoire nous fatiguait. C’était bien la troisième fois qu’il radotait sa leçon sur la République...

Ruinas, poème de Barbara Albuquerque

Ruínas O inóspito alcança voo na memória de outros tempos, outras lembranças, morte e matança. Mas a vida, frágil e persistente recomeça...

Etranjé, un poème de Télumé

Etranjé Par de là les mers, te voici échoué Sur une plage, sous un kiosque Interdit de rêver Fatigué du voyage, tu demandes le répit Sur...

Apprentie - un poème d'Eunice Pierre

Je n’ai plus la force pour chanter sous l’océan ni la foi pour crier étoile de noël. Mon innocence a été vendue au marché des tromperies....

Epineuse, poème de ThamArt

Ma Pereskia, quiskeyana Sur le seuil de ton pistil L’aurore s'éteigne sur nos têtes Tous les matins une arme s’y pointe Sur tes sépales...

Accueil: Blog2

Formulaire d'abonnement

Merci pour votre envoi !

Accueil: S'abonner
Pas d'événements pour le moment
Accueil: Events

CONTACT

483 rue des musendas

0694276399

Merci pour votre envoi !

Accueil: Contact
bottom of page