top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCretté Alexandra

Un Oiseau rouge pour l'aurore, un extrait du recueil de JJJJ Rolph

Mon ombre

Couchée sur ma colère bleue

Regarde courir la mémoire

De ma ville schizophrène

J’irai dire à l’encre

Que ma plume n’écrit pas

Dans un pays qui tue

L’amour de sa bêtise tranchante

J’ai créé une rivière

Qui va n’importe où

J’irai dire à l’oiseau

Qu’ici les étoiles se foutent

De ses battements d’ailes

Ami Pierrot d’une ville inconnue

Je t’annonce que la chandelle

Est morte avec la plume

Que tu m’as prêtée.



Je voudrais être

Le baiser timide de deux adolescents

Marcher avec ma ville dans mon cœur

Et l’absolu dans ma tête

Le cœur est une bête en rut


Je voudrais être

La mort que l’on n’attend jamais

Un roman inachevé

Une sombre lumière


Je voudrais être

Dieu

Pour mieux mentir aux humains

L’éternité est la pire des illusions.


Voici l’aube qui a brûlé la ville de sa fausse lumière

Le silence est un jardin secret

Ne parle pas trop fort

Pour ne pas réveiller la lune

L’exil danse avec son ombre sur la piste d’un poème


L’ivresse chante une sombre mélodie

Dans la rue qui traîne vers nulle part

Je baise le Ciel dans ma chambre

Pour défaire la ménopause de la nuit.



42 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page