top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCretté Alexandra

Villes d'Amazonie, villes de la Caraïbe - Poème d'Alexandra Cretté, du recueil Last Baaadasssss Song

Mama Sranan




Nous ne sommes pas allés

au concert de Paramaribo


Nous n’avons pas caressé le kaly


Nous n’avons pas souvenance du reggae


J’ai fermé les yeux en arrivant au sommet du pont Wijdenbosch


Parbo m’est passée sous le nez

comme un rêve de sieste lourde


Périphérie plate. Larges rues. Maisons blanches ourlées de noir. Ciel blanc. Puis jaune. Puis bleu. Grande large ville traversée de poussière et du vol des feuilles des mahoganys. Chaleur au cordeau comme le plan de la ville.

S’émoussant vers ses bords en quartiers corollaires. Thermomètre arrêté sur la Place de la Révolution. Calme terrible de premier janvier. Palmentuin de parade aux cimes

froufroutant le palais présidentiel.

Palmiers droits comme des i.

Statues.

Colonnades.

Brochette d’hôtels cossus pansus piscinés climatisés jardinisés organisés. Taxis pick up rutilants le long de la Suriname River. Albina, m’aam? Come here m’aam. Get a taxi. Ou bien silence hautain de l’auto qui glisse son éden climatisé avec dédain et fierté sur l’asphalte chaud.


Puis-je franchir

- ou même caresser-

la barrière que j’ai perçue sur les toiles d’une élégante galerie d’art de la Maagden Straat

- où s’étalaient les couleurs d’un monde profond et dansant

secret à l’œil étranger

des courbes de corps

pleins d’histoires et de guerre civile

d’obiaman et d’inselbergs sacrés

de signes vivants et de signes morts

au coin de la rue

où s’entassent


dans le bordel du marché des voitures des boutiques des piles de tissus de pneus de bananes de sacs de riz… toujours des cafés aux vitres vertes et grises boutiques de fringues en nylon mosquée plâtrée de blanc...synagogue Washington posée sur son lit de pelouse…et puis partout marchandises en piles de casseroles de hamacs de pommes d’amour âcres et sucrées. Chaussures dorées hautes plates colorées noires ou brunes. Odeurs de bami nasi loempia. Djogo de bière sur les bancs.

Toyota luisantes sabrant la nuit. Piétons méfiants du passage piéton…

Oohhh mélopée de la nuit

une marche

à travers la ville

qui chante

en sourdine très bas

les camions de bauxite

les rizières infinies

les barrages sur les fleuves intérieurs

car tout se reflète

résonne et s’abandonne

dans les bras de Paramaribo









36 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page