top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCretté Alexandra

Traduction du Cahier d’un retour au pays natal d'Aimé CESAIRE, Edition Présence Africaine, 1983- par Isambert Duriveau, Prix de traduction Balisaille 2023.




Traduction : Isambert DURIVEAU, 2023

Biyé pou viré-monté lasous


Transbòdaj lanpan-an

É mi sibitman lafos épi lavi ka tonbé anlè mwen akwèdi an toro épi balan lavi ka amadwé bout tété mòn-lan, é mianvwala tout venn tout ti venn ka fè débouya pou san nef é bidim poumon

sé siklòn-la ka respiré é difé sé volkan-an sanblé é atjelman kalté bidim tranbliman di tjè-tala ka bat tibwa kon an kò vivan dan méchan difé-tala ki an kò mwen an


É nou doubout atjelman, péyi mwen épi mwen, chivé nou dan van-an, atjelman ti lanmen mwen an dan bidim pwen’y lan é lafos-la pa dan kò nou mé pa anlè tet nou, adan an vwa ka tawodé lannwit-la épi sa ka kouté akwèdi an djep lafen-di-monn ka pitjé’w. E lavwa-a ka ouvè bouch li di ki Léwop rété dé siek ka bouré nou épi mansonj épi ka gonflè nou épi pouriti,


pas sa pa pies vré ki travay nonm fini

ki nou pa ni ayen a fè dan lèmonn

ki nou ka parazité lèmonn

ki’y sifi nou mété kò nou opa lèmonn

mé sé fini travay nonm fini koumansé

é nonm ka rété pou genyen tout enterdiksion ki blotjé dan lankonyi balan’y é pies ras pa ni pou li tou sel laboté, lentèlijans, lafos

é ni plas pou tout moun pou pati-alé genyen é atjelman nou sav ki soley ka tounen alantou latè nou an é ki’y ka kléré jiskon ti mòso-a nou tou sel désidé a é nou ka koumandé zétwal kon nou lé sòti dan siel chapé tonbé atè.


Atjelman man trapé sans jigman bondié-a : péyi mwen sé « pik lannwit » zanset Bambara mwen. I ka vini piti-piti épi pwent li ka viré alé pa bò manch-lan si sé épi san poul yo ka wouzé’y épi i ka di sé san nonm ki fo’y pou tranp li, gres, fwa, tjè nonm, non pa san poul.


É man ka chèché ba péyi mwen non pa tjè dat, mé tjè nonm ki ka, sé pou rantré dan lavil lajan pa gran lapot trapez la, pou yo bat mal san-an, é zié mwen ka alé-vini anlè sé tjilomet karé tè papa mwen an é man ka konté sé mapianm-lan épi an kalté kontantman, é man ka sanblé yo yonn anlè lot kon lanmoné ki ra, é toujou ni an lajan anba tab pou an kout-chien ka sòti la’y sòti pou lonjé dékont mwen an.

É mi sé tala ki pa ka rété pléré pas yo pa fet kon Bondié mé kon djab, sé tala ki ka kwè ki ou neg akwèdi apranti anba apranti : ka atann touvé mié épi rivé monté pli wo ; sé tala ka bat-dèyè douvan kò yo menm lan ; sé tala ka viv dan an lajol an fon kò yo menm lan ; sé tala ka vlopé kò yo dan kristal awogan ; sé tala ka di Léwop la : « Gadé, man sa bésé tet kon’w, kon’w menm man sa prézanté respé, finaldikont, man pa diféran di’w ; pa gadé koulè lapo mwen : sé soley-la ki brilé mwen. »

…/…




Extrait

...

Et voici soudain que force et vie m'assaillent comme un taureau et l'onde de vie circonvient la papille du morne, et voilà toutes les veines et veinules qui s'affairent au sang neuf et l'énorme poumon des cyclones qui


respire et le feu thésaurisé de volcans et le gigantesque pouls sismique qui bat maintenant la mesure d'un corps vivant en mon ferme embrasement.

Et nous sommes debout maintenant, mon pays et moi, les cheveux dans le vent, ma main petite maintenant dans son poing énorme et la force n'est pas en nous, mais au-dessus de nous, dans une voix qui vrille la nuit et l'audience comme la pénétrance d'une guêpe apocalyptique. Et la voix prononce que l'Europe nous a pendant des siècles gavés de mensonges et gonflés de pestilences,

car il n'est point vrai que l'œuvre de l'homme est finie

que nous n'avons rien à faire au monde

que nous parasitons le monde

qu'il suffit que nous nous mettions au pas du monde

mais l'œuvre de l'homme vient seulement de commencer

et il reste à l'homme à conquérir toute interdiction immobilisée aux coins de sa ferveur et aucune race ne possède le monopole de la beauté, de l'intelligence, de la force


et il est place pour tous au rendez-vous de la conquête et nous savons maintenant que le soleil tourne autour de notre terre éclairant la parcelle qu'à fixée notre volonté seule et que toute étoile chute de ciel en terre à notre commandement sans limite.

Je tiens maintenant le sens de l'ordalie : mon pays est la « lance de nuit » de mes ancêtres Bambaras. Elle se ratatine et sa pointe fuit désespérément vers le manche si c'est de sang de poulet qu'on l'arrose et elle dit que c'est du sang d'homme qu'il faut à son tempérament, de la graisse, du foie, du coeur d'homme, non du sang de poulet.

Et je cherche pour mon pays non des coeurs de datte, mais des coeurs d'homme qui, c'est pour entrer aux villes d'argent par la grand'porte trapézoïdale, qu'ils battent le sang viril, et mes yeux balayent mes kilomètres carrés de terre paternelle et je dénombre les plaies avec une sorte d'allégresse et je les entasse l'une sur l'autre comme rares espèces, et mon compte s'allonge toujours d'imprévus monnayages de la bassesse.

Et voici ceux qui ne se consolent point de


n'être pas faits à la ressemblance de Dieu mais de diable, ceux qui considèrent que l'on est nègre comme commis de seconde classe : en attendant mieux et avec possibilité de monter plus haut ; ceux qui battent la chamade devant soi-même, ceux qui vivent dans un cul de basse fosse de soi-même ; ceux qui se drapent de pseudomorphose fière ; ceux qui disent à l'Europe : « Voyez, je sais comme vous faire des courbettes, comme vous présenter mes hommages, en somme, je ne suis pas différent de vous ; ne faites pas attention à ma peau noire : c'est le soleil qui m'a brûlé ».


.../...











































90 vues0 commentaire

Comentarios


Post: Blog2_Post
bottom of page