top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCretté Alexandra

Sans mot, un poème de Dorvil Rossiny

Tu crées un patron d’interférences

- faussement observables

dans les cœurs

Oh orchidée

superchérie du temps

danse l’euphorie de ta passion


Pourtant tu es utopie

rêves mensongers de la nuit

timide rossignol du Japon

Ton incarnation peut changer d’air

comme le plaisir s’offre la bise

sur la souplesse

d’une aurore

Boréale qui chante

Dans un silence éphémère



Bonheur enfant du malheur

Tant de paroxysme

Tant de’’ bouyaya’’

Tu es lune

qui réclame le crépuscule

pendule de la nuit

Bonheur grain de sable

Artiste qui peint le tréfonds de la nuit

Tu es simulacre dans un tableau de rêve

Sans horizon dans le miroir des hommes.



379 vues0 commentaire

Σχόλια


Post: Blog2_Post
bottom of page