top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCretté Alexandra

Pendu aux corps des femmes - un poème de Dorvil Rossiny

Moi

Je ne veux plus être Moi même Je ne veux plus être Moi même Ni l'autre dans son regret

Ni moi Dans mes souvenirs et mes peines Je veux être une serviette blanche immaculée

Accrochée aux délaissements Dans une salle de bain Au couloir des corps nus


Drapé de nudité Je m'accroche Pendu Comme un poil de cil Tombant sur la face Des beaux corps

J’habite Des peaux Blanches Noires Rouges Des corps poilus Des corps souffrants Des corps battus Décor de femmes Des corps de rêve



Je suis là

Couché Nu devant des corps Je ne veux plus rester à ma place Je veux les envelopper Sans les toucher Je ne veux plus être moi Ni l'autre dans ses tourments Je veux être une serviette Pendue

Aux corps des femmes





98 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page