top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCretté Alexandra

Lettre à mon amie, ma sœur, Sandie Colas - Lettre de Danove Dieufort


Dans l'écho délicat du temps qui s'écoule, je présente mes excuses pour le silence prolongé. Les mots, retenus par l'inertie des jours, cherchent enfin leur voie pour tisser le récit d'une amitié précieuse.


Chère amie,

Au clair de l'écho onirique, nos destins se sont enlacés sur les bancs de l'école, là où l'amitié a éclos comme une rose timide. Les rêves tissent des liens intemporels, et cette nuit, à Labadie que tu chérissais, s'est transformée en un théâtre féérique où le vent a susurré des récits d'une amitié vieille comme le temps.

Les mots, tels des airs, se sont inscrits sur le sable de notre histoire commune, gravant chaque éclat de rire et chaque défi sur cette plage imaginaire.

Pardonne l'absence de mes mots, capturés par les aléas du temps, mais aujourd'hui, ma plume danse pour te rappeler que notre amitié transcende les silences.

Dans le grand livre de la vie, chaque page dévoile une aventure, et je suis sûr que la tienne est une épopée sans limites, où le ciel lui-même devient une toile pour nos rêves partagés. Les résonances de tes écrits résonnent comme une mélodie familière, et dans le scénario cinématographique de "Fast and Furious 9", je revis les échos espiègles de nos longues années passées sur les bancs du CMLK.

Les rivières du temps ont creusé des vallées entre nos correspondances, mais aujourd'hui, je jette un pont de mots pour traverser ces eaux calmes et te dire que notre amitié est une étoile qui continue de briller dans le firmament de mes souvenirs.

Au seuil de l'inconnu, là où les bancs de l'école résonnent encore, je revis notre passé avec une nostalgie douce-amère. Les murs du cinéma Versailles se tiennent silencieux, mais dans mon esprit, l'Agora en Guyane s'anime avec les échos de nos rires et de nos débats.

La photo de notre promotion, sans mon ombre, ouvre une boîte à souvenirs où le temps danse. Chaque instant au CMLK résonne comme une mélodie, jonglant avec les équations, tissant des mots. Ton éclat discret derrière moi devient une harmonie intemporelle, une complicité où nos esprits dialoguaient en anglais et en sciences.

Sur le parvis du terminal Platon, nos débats étaient un ballet d'esprits éveillés, une chorégraphie gravée dans le livre du temps. Seven7, ce frère de cœur, emporté par une vague au-delà de l'horizon, demeure une étoile effacée dans les nuages blancs. Éclatant, humble, empreint de délicatesse, Seven7 reste une lueur persistante dans ma mémoire, une étoile filante qui continue de traverser les ciels de mes souvenirs.

Comme tu le dis, au cœur de la Capitale, où le sang se mêle à la tristesse, où des vies succombent aux balles perdues, les cris de détresse résonnent en une symphonie triste qui envahit les réseaux sociaux. Sur le pays, plane un abattement qui se cache, un sifflement du vide, et un arrachement ineffable. Là où tu es, en terres guyanaises, on n'est pas seulement des néologismes, mais des chapitres souvent jugés par la couverture de ce livre complexe.

Mon amie, les ruelles de la capitale sont comme des pages maculées, mais même au creux de la tourmente, nous persistons. Comment se tisse la toile de tes jours sous le ciel étoilé de notre pays, tandis qu'elle se déroule en Guyane française, colorant ses nuits étoilées de mille éclats ?

San, entre les non-dits de l'amour et les méandres de la vie, nous gardons nos silences. En idéal, la vie devrait être une immense joie, légère comme le souffle du vent, radieuse comme le soleil levant, nous portant telles des plumes virevoltant aux quatre coins des continents.

Envisageons-nous, un jour, une rencontre quelque part, voguant ensemble sur la mer des Caraïbes ? Comment imagines-tu ce moment, et quels horizons souhaites-tu explorer à nos côtés?



Ton ami

Danove Jose Karly Dieufort





154 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page