top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCretté Alexandra

Le fromager béant, un poème d'Alexandra Cretté

Elle respire, ta douleur devant le fromager béant Ouvert aux larges pans de ta culture abasourdie de ton histoire reléguée de ton chant d'obia Et je la vois monter aux cataractes de Saul, aux canopées infinies et traversières, pour chanter l'awasa égrainée de chevilles et battue par la pluie de février . Mon amour, ma douleur épandue tes cheveux sont devenus mousse tes chants murmures de tambour et mon espoir trésaille

dans notre jardin d'épines j'ai vu l'awara écrasé sous les pieds du temps qui passe sans que plus rien ne change mes doigts tressent depuis ce jour des vers de souvenirs

et des strophes de murmures le long des joues de mon enfant de manioc sombre au baiser

lumineux en son cœur Mon aimée, ma terre sinueuse enroulée d'amour autour du fromager béant je te chante en gragé te pleure en six langues Et six perles tombent à terre où j'ai tracé mon chemin





23 vues0 commentaire
Post: Blog2_Post
bottom of page