top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCretté Alexandra

Kikiwi - un poème de Dorvil Rossiny

Tu es là partout Dans la nuit du jour Dans les rires des pestes Rat kay kap manje pay kay Tu es les prostitués qui lustrent des rues Dans les jardins Dans les foyers Tu décroches les restes de la gueule de croco Tu cries sans cesse Zòt pran fè Toi oiseau aux apparences jolies Tes malheurs Tes joies Poisonnent la vie La fille de joie Nettoie ta rue Toise les passants Rit ta peine Et ne condamne pas les autres Tes victimes sont omniprésentes Leurs chagrins sont tous coincés aux capotes Ils se logent sur la plage Dans les canaux Dans les vestiaires de fable Dans les ruines de l'espace Aux adieux naïfs des religieux Bel oiseau rebelle Prédateur déguisé Ta couleur jaune ne vaut pas de l'or Ta fierté est bien maquillée Comme la postulante des prostituées Kikiwi Ton chant résonne encore Zot pran fè Toi-même se Bouzen ou ye Oh bel kikiwi Zòt pran fè Prédateur sans apparence de l'Amazonie.



135 vues0 commentaire
Post: Blog2_Post
bottom of page