top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCretté Alexandra

Haiti - un poème de Paulmise Corneille

Quelle honte noiriste

terre d’échelle libre

flambeau de la prospérité

Regarde le printemps

qui n’a trouvé nul temps

pour peindre le futur

sur le bicolore Haïtien

Regarde le cri

des bestiaux au parfum des rues

qui demeurent en pleurs

Et des sangs partout

Hier avait un autre chapeau

Oui, c’était d’hier

Quelle sera la couleur de l'écriture historique

pour l’avenir

si l’union ne fait que descendre

le rideau de fierté?

Quelle sera la mesure

de nos futurs

si la route n’a plus nos couleur?

L’espoir d’hier brûle

et brûler conjugue le printemps

sans y considérer le futur palpable

Tout se passe dans l’inconnu du compris

Tous se brûlent

sauf ceux qui se sont cachés des soleils jaunes et gris

La fumée décore l’irresponsabilité

et le mauvais temps du gouvernement

proprement

On brûle et pille le demain des rues

On brûle et pille la poche des rues

On brûle et pille

même ceux qui n’ont encore rien vu d’Haïti.

Mais dans l’urgence du temps,

dans la souplesse des horloges

le réel devient brûlant

On brûle.

On vandalise.

On pille.

Les marchés, les églises,

Les commissariats,

les hôpitaux, les pharmacies,

les stades,

les hôtels, les motels,

les bars et restaurants,

les facultés, les lycées,

les collèges, les bibliothèques,

les sommeils des sans-abris,

les institutions publiques,

les institutions privées,

les tribunaux,

les morgues, les cimetières,

les routes,

les banques,

les centres d’incarcérations provisoires,

les ambassades,

les stations d’essences,

les places publiques

On brûle.

On vandalise.

On pille.

Ainsi va

la révolution moderne

des sensibilisateurs armés

Acclamés par les dirigeants

de cette terre noire

Historiquement drôle.

Chaque flamme s’envole

lueurs patrimoniales du pays

L’avenir n’aura plus de mémoire

car les gestes d’aujourd’hui sont immémoriaux

Dans quelle langue nous parlera-t-on

si notre langue suit l’impétuosité

des manettes blanches?

La beauté d’hier Haïtienne

nous rattachera si seulement

La volonté est nègre 1804.





143 vues4 commentaires

4 Comments


christenciedurozin96
May 01

Félicitations Corneille

Tes textes me font scintiller les yeux

Et m'enflamment le cœur.

Tu es extraordinaire dans ton domaine.

C'est toujours un grand plaisir pour moi de te lire.

Like
corneillesaintfleur93
May 01
Replying to

Merci pour les souhaits ma belle amie !

Like

richelguerrier2611
May 01

L'essence pure des mots

Félicitations Corneille.

Like
corneillesaintfleur93
May 01
Replying to

Merci beaucoup frère !

Like
Post: Blog2_Post
bottom of page