top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCretté Alexandra

Femmes de Guyane, visages du monde - un portfolio de Flore Vaillant - un texte d'Alexandra Cretté

Dernière mise à jour : 12 mars 2023



Une histoire perdue entre ses cuisses, elle avance entre les murs de la forêt, au milieu des palmes. Peut être est-ce un secret qu'elle porte ou peut être est-ce un soupir de silence. Nul ne peut le savoir. Il n'y a qu'entre ses dents que se cache la parole.

Elle marche.




Hier elle a dansé comme une autre au bar de la place. Il n'y avait rien dans ses yeux qui annonçait qu'elle puisse aujourd'hui se perdre entre les balourous. Elle a laissé ses chaussures quelque part derrière elle et le monde connu ne lui appartient plus.

Hier elle a bu une bière un peu amère mais glacée. Il y avait du plaisir à faire ça et à ne pas penser au temps de la nuit qui passait.





Hier était un temps de robes rouges et de bras tendus. De fenêtres ouvertes et de lèvres oubliées. Aujourd'hui fuit devant. C'est un oiseau rouge qui lui a ouvert la route. Elle l'a suivit sans réfléchir. Il était comme une flaque de sang dans la nuit, lorsque le jour montait. Il lui a rappelé qu'elle allait mourir un jour. Sa tête n'était pas encore couronnée.





Alors, elle a posé le masque de sa beauté à terre et son visage d'argile a fait place à un visage d'airain. Pour suivre l'oiseau elle n'avait pas le choix. Les fleurs coupées devaient mourir. Les bijoux être volés. Les plumes brûlées sur la pierre de l'autel.



Depuis cet instant, le corail de la mer s'est joint aux racines des palétuviers. Une architecture de sel de sang et de cristal unit la terre à la mer. Plus personne ne reconnaît l'éclipse. Plus personne ne sait où finit l'océan. Nul ne voit au delà des ombres.



Sauf elle.



91 vues0 commentaire

Commentaires


Post: Blog2_Post
bottom of page