top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurStéphane THOMAS

Epineuse, poème de ThamArt

Ma Pereskia, quiskeyana

Sur le seuil de ton pistil

L’aurore s'éteigne sur nos têtes

Tous les matins une arme s’y pointe


Sur tes sépales

Des rosées d’amertumes

Chagrinée par ton désarroi

Je n’ai que ma plume

Terre natale

Des vers durs

Pour panser tes entailles

Pour que jamais

tu ne sois verbe taire

Encre de sang


Ton monde

Écoulement de supplice

Rivière de sang

Fracassée par le temps

Malmenée par le vent


Mon cœur

Fragment de pétales

Saigne de tes blessures


Ma Leuenbergeria quiskeyana

Résidus de charogne

Senteur des têtes coupées.



23 vues0 commentaire

Σχόλια


Post: Blog2_Post
bottom of page