top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCretté Alexandra

Clous et vices- La Première Pièce, fable de Jonas Charlecin


Une femme à réputation de folle

vendait un flot de vertus

Considérées comme pures folies.

Elles étaient étalées à bonne affaire

sur son tapis :

Rêve

Errance

Puis,

La clef du paradis.




Le premier passant

fut un oisillon aux ailes de paon

D'une once de rêve il prit l’azur...


Le deuxième passant qui passait fut un svelte

paladin chaussé de cuir, un sac pour seul bagage

il s'abreuvait d’un vers et d'errance, la pente

rocheuse lui devint un trampoline


Le troisième passant qui vint à passer

dans une déambulation vertueuse fut

Pastimord à destination du Paradis...

Quand soudain saute dans ses yeux

Cette femme répudiée...

Elle arracha comme une bise

De ses cheveux de piété

l'odeur saine de l'hostie de celui qui a communié hier...

L'enfer grondait avec ses laves de feu qui pétillent

tel un vin latérite

et

servit sur une rigole d'effroi...



De l'avis général

Comme

Selon l'avis papal

Pastimord fut défendu

de toucher une miette

de ses immondices

Tant la vendeuse

et son produit

Étaient abominables

Étaient exécrables


Espérance du Paradis, œuvre d’une vie...




Une femme à réputation de folle

Vendait un flot de vertus

Considérés comme pures folies.

Étaient étalées à bonne affaire sur son tapis :

Rêve

Errance

Puis,

Le clou du paradis.




Lequel Pastimord, fort de sa croyance, avait à se décider :

Soit de s'enliser dans la géhenne

ou

D'aller communier avec Élie dans le ciel



Le seigneur attentif à son choix, murmura :

Le malheur de l'homme est dans son erreur de vouloir juger à ma

place.

De cette folle... ne suis-je pas aussi le père?...


Sur quoi

Pastimord hésita à lui jeter

La Première Pièce...




76 vues0 commentaire

Comentários


Post: Blog2_Post
bottom of page