top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCretté Alexandra

Aime-moi dans ma défaite - un poème de Williamson Ornéus

Pour Guerdie


« Combien faut-il de larmes pour noyer un chagrin d'amour ? »

V. Hugo


Aime-moi comme tu aimes si bien

Aime-moi, par le vent d'une tendresse fertile

sur ma nuque

Par l'éclat des rayons à travers le feuillage

la nuit d'étoiles, si je ferme les yeux

la hachure d'un baiser nu, drapé dans les rayures de nos nuits


Aime-moi comme si j'étais ta Terre

ton boabab

ton socle

Tu es le fétu de lumière qu'il manque

à mes errances. le sein maternel qui m'illumine


Aime- moi dans ma défaite

ensevelie parmi les cris boueux de Martissant

et oú seul l'amour saurait relever la tête


Aime-moi avec ta fièvre

Comme cette mère de Carrefour-feuilles qui se meurt

pour ses sept enfants exilés au pays sans chapeau

Viens à moi comme un pleur quisquéyen

en chute libre

Comme ce pain que revendiquent les gueux de Nan Delwi

Viens


Aime-moi et laisse-moi te déchirer ma part d'aube.





52 vues0 commentaire

Commentaires


Post: Blog2_Post
bottom of page